sábado, 23 de julio de 2016

El “espacio vivido” en las geografías francófonas: el ejemplo del cantón suizo

RESUMEN

El objetivo de este capítulo es el de examinar, a través de un corpus de referencias mayoritariamente francófonas, la importancia que tiene la región/cantón en las obras de tres autores suizos del siglo XX: C.F. Ramuz (1879-1947), Maurice Chappaz (1918-2009) et Corinna Bille (1912-1979), con el fin de demostrar que el sentido de lugar, su dimensión geográfica y la defensa de ese espacio frente a las amenazas exteriores -como la globalización-, ha sido siempre preponderante, incluso decisivo, en la creación literaria de estos tres autores. Comenzaremos presentando el concepto de región como espace vécu dentro de las geografías francófonas, y su evolución a lo largo de estas últimas décadas. Hemos considerado esta teoría geográfica por ser la que mejor se adapta a las obras literarias que vamos a analizar al final de este capítulo.

[...]

* Este capítulo forma parte de la obra "Sentido del arraigo: perspectivas transatlánticas" publicado en la Biblioteca Benjamin Franklin. Colección CLYMA nº2. Junio 2016. Por Axel H. Goodbody&Carmen Flys Junquera (Eds).

viernes, 1 de julio de 2016

LECTURE ÉCOCRITIQUE DE LES MAQUEREAUX DES CIMES BLANCHES DE MAURICE CHAPPAZ

Je me sens atteint, blessé, lorsque l’on coupe imbécilement
un bel arbre, que l’on anéantit une espèce vivante végétale
ou animale. Je ne sépare pas l’homme de la nature.
(Chappaz  1976)[1]



Résumé

À une époque où le mot «écologie» n'avait aucun droit et devenait un sujet dérangeant dans un pays où certaines valeurs étaient sacrifiées aux intérêts de la spéculation, l'écrivain suisse Maurice Chappaz sera l'un des premiers auteurs à faire entendre la voix d’alarme, devenant ainsi un prophète incompris. Face aux dommages causés par le tourisme, le vol des terres, la spéculation immobilière, le poète qui chantait la beauté des Alpes se sent obligé d'exprimer son dégoût et sa douleur, et devient ainsi un écrivain engagé. Ses poèmes quittent les rayons de la bibliothèque pour se mêler aux problèmes de la société : Chappaz va dire ce qu'il pense. Chappaz va secouer la société valaisanne, le monde politique et économique de l'époque, et surtout, va se battre pour sauvegarder le paysage alpin, préservant ainsi une partie importante de l'identité du canton.


Dans cet article, nous allons analyser l’une de ses œuvres les plus controversées, Les maquereaux des Cimes Blanches, à partir d'une perspective écocritique. Chappaz utilise sa plume pour dénoncer l'impact environnemental causé par le progrès effréné dans sa région natale. Il contribue ainsi à l'idée que la littérature devrait également être un véhicule pour des idées et surtout des valeurs. L'environnement «naturel» n’est plus un cadre simple et devient en quelque sorte le principal protagoniste de son histoire.


Communication présentée lors du Colloque International ECOLITT: “Écocritique: nouvelles territorialités”. Université d’Angers. 28-30 juin 2016.